FEBEA_Economie_Circulaire
Beauty and nature combined

La FEBEA publie le 1er Livre blanc sur l’économie circulaire dans le secteur cosmétique, qui recense 120 bonnes pratiques. Ces actions témoignent d’un changement concret d’un modèle linéaire – qui consiste à extraire, produire, consommer et jeter – à un modèle circulaire, qui intègre l’ensemble du cycle de vie : de la conception des produits à leur consommation jusqu’à leur fin de vie pour limiter les déchets et le gaspillage.
Pour illustrer le chemin parcouru en matière de prise en compte de l’environnement et les challenges à relever, la FEBEA accompagne cette publication d’une campagne digitale :
« cosmétique et environnement : des solutions pour progresser ».

Le livre blanc de l’économie circulaire : un outil de partage des bonnes pratiques
Grands groupes ou PME, des entreprises du secteur cosmétique de toutes tailles sont engagées dans des pratiques innovantes depuis plusieurs années.
Grâce à la contribution de ses entreprises adhérentes, la FEBEA a recensé 120 bonnes pratiques de 57 marques cosmétiques, offrant l’occasion aux acteurs du secteur de porter leurs engagements, de les partager et de s’enrichir des actions développées par les autres.
« La protection de l’environnement n’est plus une option, la consommation change profondément, nous avons progressé et il faut le faire connaître. Nous progresserons encore dans les années à venir mais ce Livre blanc témoigne concrètement d’importantes avancées réalisées », souligne Virginie d’Enfert, directrice des affaires économiques, internationales et environnementales de la FEBEA.

Les trois grands enjeux de l’économie circulaire pour le secteur cosmétique

La FEBEA s’est attachée à mettre en perspective les grands enjeux de l’économie circulaire pour produire et consommer différemment.

Eco-concevoir et favoriser l’utilisation durable des ressources :

Les ressources végétales naturelles constituent des ingrédients majeurs des produits
cosmétiques. Depuis plus de 10 ans les entreprises sont engagées pour préserver la biodiversité et partager un bénéfice économique et sociétal aux populations des régions d’où sont issues les plantes. Intégrer l’approche du cycle de vie dès la conception des formules et des emballages contribue à réduire l’impact sur les milieux.

Fabriquer durablement :

Réduire l’empreinte environnementale des produits nécessite des engagements à toutes les étapes du process de production. Si ¾ des entreprises du secteur cosmétique limitent leur consommation d’énergie et développent l’utilisation des énergies renouvelables, l’écoconception est aussi un levier important pour réduire les consommations d’eau et d’énergie carbonée, économiser les matières premières, valoriser les déchets issus de la production.

Promouvoir une consommation responsable

La promotion de la consommation responsable est aussi de la responsabilité des marques. Il s’agit de convaincre le consommateur d’adopter les bons gestes de consommation et de tri, même si les emballages cosmétiques ne représentent que 2 % des 5 millions de tonnes d’emballages mis sur le marché en France chaque année.

Une campagne digitale pour accompagner la publication du Livre blanc

A l’occasion de la publication de ce 1er livre blanc sur l’économie circulaire dans le secteur cosmétique, la campagne « Cosmétique et environnement : des solutions pour progresser » contribuera à faire connaître les progrès, les engagements et les solutions développées par les entreprises du secteur, en matière de biodiversité, d’écoconception des formules et des emballages, d’économies d’énergie et d’eau, ainsi que de collecte, tri et recyclage. Pour accompagner les entreprises de la cosmétique à agir sur les différents leviers de l’économie circulaire, la FEBEA s’est entourée de partenaires, dont certains nous ont fait l’honneur de témoigner à l’occasion de cette campagne. Hélène Leriche, Responsable biodiversité et économie de ORÉE, nous invite à comprendre les enjeux de la biodiversité pour les entreprises de la cosmétique. Jean Hornain, Directeur Général de CITEO, nous rappelle avec passion la nécessité
de bien trier nos emballages.

LivreBlanc_EcoCircu

Et demain ?
« Les démarches d’économie circulaire doivent s’intégrer dans la stratégie globale des entreprises. C’est une somme de petites et grandes actions, qui doivent être appréhendées dans leur globalité et qui vont toutes dans la même direction : préserver les ressources de la Planète. » souligne Virginie d’Enfert. Au-delà des bénéfices environnementaux et économiques, l’économie circulaire promeut également un nouveau mode de management des organisations : casser les silos et favoriser la
collaboration entre les métiers, inverser la pyramide hiérarchique traditionnelle pour capter et nourrir les bonnes idées qui viennent de partout.
L’économie circulaire est, aussi un domaine où il peut être utile de collaborer avec ses concurrents pour promouvoir de nouvelles filières d’ingrédients ou de recyclage des matériaux. L’efficacité économique et le nécessaire poids d’influence dans les filières nécessitent de mutualiser les flux.

 

A propos de
La FEBEA – Fédération des Entreprises de la Beauté, est le Syndicat professionnel des entreprises de beauté et de bien-être (parfumerie, cosmétiques, produits d’hygiène, de toilette, produits capillaires). Elle rassemble plus de 350 entreprises, dont 82% de TPE et PME.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire
Merci d'indiquer votre nom